Emilie Marquois
Consultante Médias Sociaux
Formatrice et conférencière
Community manager
(+33) 06 23 41 43 68
emilie.marquois(at)gmail.com
Mon fil Instagram
Me suivre
 

Tous les livres ne sont pas patients et ne veulent pas attendre

Tous les livres ne sont pas patients et ne veulent pas attendre

Je lis de moins en moins des livres traditionnels (sur papier), à mon grand regret. Mais l’été et en particulier pendant la période des vacances, cela change un peu. L’ordinateur est plus souvent rangé et les livres reçus au cours de l’année sortis de la bibliothèque où je les ai rangés précieusement. Certains livres se lisent vite, d’autres beaucoup moins. Chacun va à son rythme aussi, mais il est vrai qu’on a quelques fois tendance à prendre notre temps. Je suis même sûre que certains d’entre vous lisent plusieurs livres à la fois ! Alors, comment venir à bout d’un livre que vous avez du mal à terminer ou que vous négligez ?

La solution serait qu’il ressemble au “livre qui ne peut pas attendre” (“El Libro Que No Puede Esperar” / “The book that can’t wait”). Ce livre de l’éditeur Eterna Cadencia a une particularité : l’encre utilisée au moment de l’impression (elle disparaît au contact de l’air et de la lumière) et qui fait que les textes disparaissent dans les 2 à 4 mois qui suivent la sortie de l’ouvrage de son emballage. Vous trainez ? Vous n’avez plus rien à lire, ou alors, il est bien compliqué de connaître le déroulé et l’issue des histoires proposées (c’est une anthologie regroupant plusieurs auteurs).

Sympa comme idée ! Ce qui est dommage, c’est que si on veut lire le livre une seconde fois, c’est impossible. A moins qu’on arrive à prolonger la vie du livre en le remettant dans son emballage ?

via

Émilie Marquois

Consultante Médias Sociaux | Formatrice et Conférencière en Médias Sociaux | Community manager

Commentaires: 3

  • Florian G.
    6 août 2012 8 h 43 min

    Le concept est marrant, c’est cependant dommage pour la transmission du savoir. Lorsque je lis un livre j’aime bien par la suite l’offrir à ma connaissance la plus appropriée, ou tout simplement l’abandonner selon la philosophie du Bookcrossing..

  • Jean-Sol Partre
    29 avril 2013 8 h 36 min

    La parole reste mais les écrits s’envolent.

Commenter