Emilie Marquois
Consultante Médias Sociaux
Formatrice et conférencière
Community manager
(+33) 06 23 41 43 68
emilie.marquois(at)gmail.com
Mon fil Instagram
Me suivre
 

Les députés et les français : pas de retard notable sur Internet

Les députés et les français : pas de retard notable sur Internet

Elus 2.0 a récemment sorti la première étude sur les députés et Internet, “Les députés et Internet : profil du député 2.0 et palmarès“, réalisée au mois de juin 2011. J’ai été sollicitée par Pierre Guillou pour donner mon avis sur les résultats. Voici l’intégralité de ma réponse, que vous pouvez retrouver ici.

Les députés et les français : pas de retard notable sur Internet

La première chose que l’on se dit en consultant les résultats de l’étude menée par Elus 2.0, c’est que nos députés (qu’ils soient de gauche ou de droite) sont en retard. Il est clair que leur utilisation d’Internet comme outil de communication politique est limitée et ne repose pas forcément sur les valeurs du Web 2.0 (celles de partage, de l’échange et d’interactivité). Nous pourrions aussi dire qu’ils essayent de faire du neuf avec du vieux. Mais si on se positionne par rapport à l’utilisation d’Internet par les français, nous pouvons légitimement considérer que ce retard n’est pas si notable que ça. On peut ainsi (logiquement ) se demander s’il est intéressant d’utiliser un outil comme Twitter alors que très très peu de français y ont créé un compte.

Vous l’aurez compris, tout l’objet de cet avis va être de nuancer le soi-disant retard des députés français dont tout le monde se fait l’écho.

Oui, nos députés peuvent mieux faire

Je m’attarderai plus particulièrement sur les sites internet et la video pour expliciter ce point.

  • Sites Internet. Les sites Internet (ou les blogs) sont l’un des premiers outils dont ce sont emparés les députés. Ils sont les plus utilisés. Et pour cause, ils offrent un moyen assez facile d’avoir une présence sur le Web. Mais force est de constater que les sites dit 2.0 sont très peu représentés : les zones de commentaires sont fréquemment absentes (or le Web 2.0 est un Web participatif et interactif), il n’y a pas systématiquement de flux RSS (mais est-ce un souci si les citoyens ne savent pas ce qu’est un flux RSS ni ne savent comment les utiliser ?) et il n’y a pas de fonctionnalités de partage.
  • Videos. La consommation de vidéo sur internet a connu de fortes augmentations au cours de ces dernières années et on ne devrait pas s’arrêter là. Selon InformiTV, le trafic lié à la vidéo sur internet va être multiplié par 7 d’ici à 2014. Comment donc expliquer que les députés ne se soient pas emparés d’un tel canal ?

Mais sont-ils réellement en retard ?

Ils ne sont pas en retard, ils suivent la tendance et s’adaptent au rythme des français, c’est tout. Quelques chiffres suffisent pour le montrer.

  • Facebook. Facebook est le réseau social le plus populaire au monde (avec plus de 750 millions de membres) et notamment en France. D’après le site Socialbakers, Facebook est utilisé par presque 23 millions de français, ce qui représente un taux de pénétration de la population française de 35,21 % et de 51,11 % pour la population connectée. Les députés ne sont pas si loin puisque 46 % d’entre eux ont un profil sur Facebook.
  • Twitter. Twitter fait partie des médias sociaux en pleine expansion dont on parle de plus en plus depuis 2 ans, notamment en raison de sa capacité à informer rapidement sur l’actualité marquante (catastrophes naturelles, révolutions arabes…). Et par ailleurs, la twittosphère politique est en forte progression. Les utilisateurs de Twitter sont plutôt des spécialistes du domaine, des journalistes, des geeks… mais les profils se diversifient tout doucement. En France, on compte 2,4 millions d’utilisateurs de Twitter, selon l’étude de Semiocast menée en mars 2011, ce qui représente 3,6 % de la population. A titre de comparaison, 22 % des députés ont un compte Twitter. Pas si mal ?
  • Foursquare. Foursquare n’est pas (encore) un outil grand public. Utilisé par 10 millions de personnes dans le monde, il n’a pas encore véritablement percé en France malgré la traduction de son interface en français (en février dernier) et le nombre grandissant de smartphones dans notre pays (près de 14 millions). Pas étonnant que les députés français ne s’y soient pas précipités !

Vous le voyez, nos députés français ne s’en sortent pas si mal. Mais bien sûr, ils pourraient donner plus de place aux échanges et au partage, être plus innovants et oser comme le fait l’équipe de campagne de Barack Obama qui vient par exemple de créer un compte sur Foursquare pour qu’on puisse suivre ses déplacements !

Émilie Marquois

Consultante Médias Sociaux | Formatrice et Conférencière en Médias Sociaux | Community manager

Pas de commentaires

Commenter